Self Control VS Guet Apinte

Hier soir j’ai fait un crochet par le bar en sortant du boulot (mon bar fétiche d’amour, il faudra que je fasse un article pour vous en dire plus mais ce n’est pas encore à l’ordre du jour). Il était clair dans mon petit cerveau que je passais juste chercher mon gilet oublié la veille avant de rentrer sagement chez moi pour accomplir des tâches autrement moins amusantes tel que la vaisselle. Or donc mes jolis talons (j’ai des nouvelles chaussures) foulent le plancher du bar en étant persuadés d’en être ressortis au bout de cinq minutes, le temps de faire un coucou, des bisous et de récupérer mon bien.

Seulement voilà, ce qui devait arriver arriva : je suis tombée dans un verre. Ce n’est pas tout à fait de ma faute : j’entendais le tintement des bouteilles qui m’appelait et mon portefeuille frétillait sous les assauts sauvages de mon billet de dix qui voulait aller rejoindre ses copains billets dans la caisse. N’étant pas une femme sans cœur sourde aux appels de mon argent, je décidais de lui rendre sa liberté en échange de mon cocktail préféré (à savoir l’Arlequin, si ça intéresse des gens).

Je me suis donc assise tranquillement, le cocktail dans une main, la cigarette dans l’autre et mon bouquin sous les yeux pour m’accorder une innocente séance lecture/alcool/détente. Je lâchais occasionnellement mon livre pour discuter ici et là avec des copains piliers de comptoir ou les barmans. Et c’est là qu’est arrivée la proposition : « hé on finit à 1h, after pour fêter les 5ans d’ancienneté du DJ ! ». Arg. Ouiiiiiiiiiiii je viens ! Non je peux pas. Allez on s’en fout on a qu’une vie. Ouais mais demain je bosse. Oh et puis on s’en tape, vas y grosse soirée ! Non c’est pas raisonnable il faut que je dorme. Me voilà donc en proie à un dilemme de choc. Que faire ? Je décide d’être sage et de décliner l’invitation. Mais le temps que je finisse mon verre l’idée a le temps de me trotter mainte fois dans le cerveau et le nombre de relance ne m’aide pas. La fêtarde en moi saute partout « allez on y va on y va ! grosse soirééééééééééée !!! », la raisonnable temporise « non il faut nous coucher tôt pour être en forme demain. Dernier jour de la semaine, on a trop de trucs à boucler pour lundi » et la grand-mère dort déjà.

harlem shake

« Bon, on boit des shots ! » Ouais carrément ! Olalala c’est toujours comme ça que commence mes guet-apintes*. Miraculeusement, la raisonnable prend le dessus, à 20h45 je sors du bar (gentiment pompette) et rentre chez moi.

Arrivée dans mon nid douillet, je m’auto-congratule et m’autorise une petite danse de la victoire. En me promettant que la prochaine fois, si je ne travaille pas le lendemain : pas de quartier ! Grosse soiréééééééééééée ! Bon là à 23h je dormais.

timon*Guet apinte : nm. Variante du guet apens, qui consiste à se dire « juste un verre et je rentre » et à finir par partir totalement bourré à la fermeture du bar.

Comments
2 Responses to “Self Control VS Guet Apinte”
  1. jenepy dit :

    Le Guet À Pinte… Qui ne s’y ai jamais fait avoir ?
    Il faut un moral d’acier pour ne pas y tomber. Une volonté inébranlable ! J’en suis incapable. Je suis un faible.

    Donc ça fait une semaine que tous les soirs, les comédiens et l’équipe technique sortent écluser les bars. Et il y en a un paquet dans le coin !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :