Personne n’est éternel

Admettons-le, j’ai cette sale tendance à me donner trop d’importance. Inutile d’acquiescer puisque je viens de m’auto-balancer il ne sert à rien d’enfoncer le coup. Non, le clou. Passant du coq à l’âne, j’évite l’accroc à l’âme en embrayant sur un sujet un peu moins égocentré. Un jour on nait, un jour on meurt, un jour on crée, un jour on pleure. La routine effrayante des poumons bourrés à l’amiante, des poitrines qui se soulèvent et s’abaissent sans savoir pourquoi elles le font sans cesse. Viripaev parlait de prendre une pelle et de la mettre dans les poumons du danseur. Le danseur c’est vous, c’est moi, c’est nous, c’est toi. Et il y a cette fille, je l’entends encore dire « la nature se donne en spectacle avant de mourir ». Et il y a moi, minuscule dose d’éphémère au milieu du monde à l’envers. Parfois j’ai envie d’y mettre les dents, dans ma propre peau je veux dire, m’ouvrir pour voir ce qu’il y a au-dedans, savoir si c’est beau ou si je dois fuir. Si votre propre corps devient une angoisse, inutile de vouloir en vider l’eau et de maudire le temps qui passe. Cherchez seulement à vous en évader et tentez de voir ce qu’il y a de l’autre côté. Mettons les mains en plein dedans et voyons ce que l’on ressent : penchons nous sur la cartographie des naissances et des morts en temps réel car qu’on se le dise : personne n’est éternel.

Capture

(Sauf moi je suis immortelle mais je vous raconterai pourquoi un autre jour)

Comments
One Response to “Personne n’est éternel”
  1. cyrius300 dit :

    Ah!… Voici un sujet qui attire toute mon attention!
    Pourquoi sommes-nous ici, sur cette vieille terre agonisante?… Je me suis toujours posé cette question. L’humanité, si elle est là, a-t-elle vraiment une raison d’exister? A-t-elle une mission a accomplir?… Nous naissons, nous vivons, puis nous mourrons. Pourquoi? Nous laisser mourrir, est-ce donc là son seul but? Nous laissons derrière nous une descendance, une fois que nous disparaissons. Mais jusqu’où se perpétra-t-elle et dans quel dessein?
    Bien-sûr, on me dira qu’il y a les petits riens de la vie: tels que l’amour, le plaisir des sens, le travail (bof) etc, etc. Certes. Mais dans quel but avons-nous hérité de toutes ces affections et de toute cette intelligence ? Tout ça me parait si absurde, car je n’entrevois rien au bout de ce chemin.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :