Joyeux Noël (before)

Je suis le genre de fille à faire des befores et même des afters, le tout dans la même soirée alors Noël ne fera pas exception. Comme tout le monde (je l’espère pour vous en tout cas) je vais rentrer chez moi dans ma famille. Ce qui tombe plutôt bien car j’ai besoin de prendre un peu de distance avec ma vie improbable, faire un retour aux sources tout ça. Retrouver ma petite chambre violette (enfin petite, elle fait la taille de mon appartement parisien quand même). Pour les événements comme Noël j’aime bien faire des petites sessions souvenirs : que se passait-il dans ma vie l’an dernier à cette période ? C’est l’avantage de tenir un blog, tout est noté et daté. Alors, que se passait-il le 25 décembre 2012 ?

A n’en pas douter c’était la merde. Je venais de me faire larguer (je ne sais plus si c’était la 2ème ou la 3ème fois) (oui par le même type, je sais je suis un peu stupide et masochiste quand je m’y mets) et je ne savais pas quoi faire de ma vie, tournant en rond dans un master qui ne m’apportait rien. Tiens c’est marrant, je ne me souvenais pas que c’était aussi pourri comme époque. Comme quoi j’avais raison, tout fini par s’oublier. Oublier que je ne me levais plus, que je restais dans mon lit à sangloter sur une peluche (qui est définitivement trop cool), que je ne mangeais plus (régime déprime express) et tout ça pour quoi ? Oh je me fais presque rire quand j’y repense ! Pour un type qui ne m’apportait rien à part sa morosité constante. Quelle angoisse.

C’est aussi à cette période ci que j’ai adopté mon nouveau pote de poche, à savoir mon téléphone. Jeune accro à son smartphone de mon état je juge que c’est un épisode marquant. Je me souviens très bien de comment ça c’est passé. Un soir je m’évertue à effacer les textos du mec qui m’avait bousillé le cœur et bien évidemment la conversation étant trop longue mon très cher HTC de l’époque ne voulait pas et se contentait de planter. Avant de faire un vol plané contre les miroirs cachés par des draps car je ne supportais plus mon reflet. Me levant le matin, je traine ma carcasse avec mes yeux bouffis et rougis vers la cuisine pour accomplir mon rituel : rester devant mon bol vide, me dire que finalement j’ai pas faim et remonter me coucher. Et là, surprise ! Sous le sapin se trouve un petit paquet. Mes parents voyant leur fille en mode chagrin d’amour ultime m’ont offert mieux qu’un chaton : mon Samsung, un nouveau pote de poche ! Emerveillée par mon jouet, j’engloutis un bol de céréales en le démarrant, appuyant sur tous les boutons comme une gamine. Il me regarde, je le regarde, il me regarde, je le regarde et là, bam, révélation : je vais aller manger des frites. Oui parce que la première fois de ma vie où j’ai pris des frites à McDo je me suis faite larguée juste après, du coup dans mon cerveau les frites étaient bannies (je sais c’est con). Du coup, je décide de dire merde. Je saute dans ma douche, me refais une beauté, fonce dans ma voiture, débarque au fastfood et m’envoie les fameuses frites tout droit dans l’estomac. Dans ma tête ça fait « tiens mec ! j’aime les frites molles et trop salées alors je vais les bouffer et c’est pas toi qui va me traumatiser des frites ! Frites ! Frites ! FRIIIITES !». C’est fou comme on peut devenir cinglée pour un largage. Bon j’ai recommencé à déprimer après mais un peu moins déjà.

J’aimerai tellement avoir un TARDIS, pour pouvoir aller me voir à cette époque, me mettre une paire de claque et me hurler à la tronche « Mais ma fille, arrête de chialer, de toute façon ce mec dans 6 mois tu vas avoir envie de l’emplatrer contre un mur ! C’est même toi qui va lui demander de disparaitre dans la nature tellement il va te faire chier. Alors va bouffer des frites (tu peux y aller, avec ton régime d’avril tu vas perdre 5kg)».

Et nous y voilà, un an après, dans mon appart à moi que j’aime, avec un vrai master (donc plus de révélation de 3h du mat « ça sert à rien je fous tout en l’air mais après je fais quoi ?»), en couple avec un homme adorable qui ne va pas s’amuser à me larguer quatre fois, et des potes. Plein de potes. Des potes partout \o/ Je vous aime tous et vous souhaite un très joyeux réveillon.

Et maintenant, en musique s’il vous plait !

Comments
3 Responses to “Joyeux Noël (before)”
  1. Christophe dit :

    C’est marrant comme la mémoire peut être sélective parfois.

    • Virginie dit :

      C’est exact, et dans mon cas on appelle ça de l’instinct de survie. Le cerveau est bien fait n’est ce pas ? (tu traînes encore là ? c’est un chouïa flippant tu sais ?)

  2. Arthur L'elfe dit :

    Here for you princess ^_<

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :