Exutoire n°17302

Ça m’a vidé tout l’air des poumons d’un coup. Ça m’a frappé dans le cœur tellement fort qu’il en est encore sonné je crois. Ca m’a fait à peu près le même effet que lorsque je ferme les yeux et que sur mes paupières closes s’impriment une image d’horreur. Seulement cette fois je n’avais pas une main douce pour me saisir et une voix pour dire « hé, je suis là » à la suite de mon sursaut. J’ai envie de me cacher sous les couettes, tout au fond du lit, de me mettre en boule et de poser mon visage contre son ventre. Puis attendre que mon rythme cardiaque redevienne régulier. Pour l’instant je me rends ivre des mots des autres, de leurs histoires. Je passe dans la peau de la lectrice pour quelques minutes. Ça change, j’aime bien. Je savoure le talent des autres.
« Pourquoi tu arrêtes toujours de jouer quand j’arrive ? » « Pour ne pas t’ennuyer » « Ca ne m’ennuie pas, moi j’aime bien ».

Allongée confortablement je regarde ses doigts parcourir les cordes. J’aime bien la guitare, ça me détend. Je souris, je ris, j’applaudis. La joie est si simple. Pourtant tout le monde s’attarde sur le marasme de tristesse qui envahi parfois le coeur humain. Mes yeux se ferment, je sursaute. La musique rattrape mon cerveau avant qu’il n’aille trop loin. Plus tard, je parle, au milieu d’une phrase je bondis à la suite d’un clignement d’yeux trop long. Ca n’a pas loupé, je l’ai tenu éveillé deux heures durant, à lui raconter tout et n’importe quoi pour éviter le sommeil qui m’assaillait et avec lui les images sans formes ni couleurs qui ont pourtant cette capacité à me terroriser sans raison valable. La fuite n’a jamais été aussi agréable.

Voilà, en deux paragraphes je suis déjà passée à autre chose. C’est fou le pouvoir de l’écriture. Merci Cath pour le conseil « Ecris, bois (de l’eau), dors ». Très efficace.

Comments
One Response to “Exutoire n°17302”
  1. Anne O. dit :

    Ca alors, surprise totale. Je lis tes mots depuis tant d’années. Je me suis attachée à toi, ton esprit, la forme que prend ton monde intérieur et les couleurs de ton imagination débordante. Tu dois être la seule personne qui a eu droit à un abonnement de flux rss sur ma boite mail, une tellement ancienne et poussiéreuse que je la regarde jamais, pour dire si ça date. J’ai eu envie de commenter pas mal de fois, pour te consoler dans les moments un peu nazes, ou pour dire simplement « je comprends » et puis bon, j’ai jamais réussi à aller jusqu’à cliquer sur poster. Houuu (je m’autohue).

    Voilà, c’était juste pour dire que c’était réciproque et que ça faisait plaisir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :