Baignoire de l’Espace

espace

21h, plongée dans un bain bouillant je barbote joyeusement, m’amusant avec la mousse et sa senteur fleur d’Ylang. Je fais de la musique en tapant sur l’eau, testant différents angles d’attaques pour savoir le bruit que ça fait, tout en étant confortablement posée contre le torse de mon amoureux qui profite de la musique (pas la mienne, celle qui sort des enceintes). Fatiguée d’être AquaMozart, je ferme les yeux quelques secondes, lorsque je les rouvre, le carrelage du mur s’effrite et part en poussière. Devant mes prunelles ébahies s’étend l’infini, le vrai, la fin, le commencement, l’absolu, le minuscule et le titanesque. L’espace. Et au milieu de tout ça, notre baignoire. Tout d’abord je retiens mon souffle, parce que c’est bien connu, on ne peut pas respirer entre Saturne et Uranus. Il devrait surement faire bien froid aussi d’abord, pour deux corps plongés dans l’eau chaude. Je réfléchis à toute vitesse, les joues gonflées, et trouve la solution : en fait, notre eau est magique, déjà parce qu’elle resterait éternellement chaude, et ensuite parce que la vapeur ça serait de l’oxygène (paye ta défonce) comme ça on pourrait respirer. Maintenant que ce problème est réglée, je décide de faire un petit tour vers Neptune parce qu’après tout je n’en ai jamais été aussi près. Je plonge mes mains dans l’eau et tire le liquide vers moi, en toute logique : je rame à l’intérieur même de mon embarcation; et ça marche ! On file à toute vitesse et si on croise quelque chose d’agressif on lance l’offensive avec notre super jet d’eau pleine puissance ! On fait trois tours de Neptune à fond les ballons en hurlant comme dans des montagnes russes. Après avoir fait du tourisme, on tire le rideau magique pour se cacher aux yeux de l’univers, et … [ellipse narrative, faut pas déconner]. Je me concentre sur la peau chaude et mouillée de mon amour et j’en perd le fil de mon imaginaire, le temps que je galère à me retourner pour lui déposer un baiser sur l’épaule, l’espace a disparu et le carrelage finit de se remettre en place. C’est donc après cinq minutes de silence que je lance :

 » Hé, ce serait pas trop cool si on avait une baignoire de l’espace ?! »

N’importe qui m’aurait regardé étrangement. N’importe qui, qui n’aurait pas l’habitude et une légère tendance à être aussi cinglé que moi. C’est donc tout naturellement qu’il m’a répondu :

« Si ! Ce serait trop bien. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :