La femme aux jambes rubans VIII

Pour avoir le début, allez voir dans l’onglet marque ta page.

Elle a la tête qui ballotte, la femme aux jambes rubans. Le corps posé contre la toile de la roulotte, elle attend. Le Chrat dort tranquillement sur ses jambes de soie, histoire d’être sur que cette fois personne n’attaque sa maîtresse. Fragile ne peut s’empêcher de regarder tout autour d’elle, épiant les moindres coins : de l’extérieur, la roulotte semble avoir une taille normale, mais à l’intérieur elle est gigantesque. Une énorme salle s’étend devant les yeux effarées de Fragile, qui se demande bien comment c’est possible. Son regard ne passe pas inaperçu, un jeune homme qui semble n’avoir rien d’étrange s’assied à côté d’elle et explique :

– La distorsion spaciale, c’est ça qui fait que la roulotte est un peu plus grande à l’intérieur.

Fragile s’étouffe puis articule :

– « Un peu plus grande » ? C’est… titanesque !

– Au moins tout ça ! lui répond l’homme en riant.

– Oui, tout à fait. Je m’appelle Fragile.

– Et moi Roman, enchanté ma jolie.

– Jolie tu parles, affublée de ces trucs là, grogne t’elle en désignant ses jambes, personne ne peut être jolie. Toi tu n’as rien d’étrange. On dirait que tu viens de mon monde.

– Tu sais, des mondes il y en a des milliards qui ressemblent au tien. Chaque choix crée un monde.

– Pardon ?

– Par exemple : il existe des millions de toi. Un toi danseuse, un toi mécanicienne, un toi SDF etc. A chaque fois que tu dois choisir entre deux choses, un monde se crée : celui de l’inverse du choix que tu as fait.

– Donc, il y a un monde dans lequel j’ai refusé de venir avec vous.

– Ce n’est pas comme si on t’avait laissé le choix d’après ce que j’ai vu, plaisante l’homme, mais pour répondre à ta question : non. Le monde dans lequel nous évoluons est un bug. Parfois deux mondes se « tapent » dedans (on ne sait pas trop comment ça se passe), il en résulte parfois une grosse erreur : comme notre monde, ou alors une erreur plus modeste : mettre des rubans à la place des jambes d’une jeune femme.

– Et pourquoi je ne suis pas restée dans mon monde avec mes rubans ?

– Parce que tu es une erreur. Et si l’entité qui s’occupe de tout ce bazar n’arrive pas à empêcher les chocs de monde, elle trie et met les erreurs avec les erreurs.

– Donc tout ceux qui sont ici sont des erreurs ? tente de comprendre Fragile

– Nous, les Erratum, oui. C’est le nom de notre troupe. Sympa non ? Sinon, il y a un peuple nombreux qui a été créé au début de ce monde, le bug a engendré leur planète mais aussi leur corps. Tu as attéri dans un de leur village. Ils ne sont pas très hospitaliés avec les erreurs des autres mondes, même si au final on a tous un truc qui cloche, exactement comme eux. Seulement eux sont en accord avec leur monde.

– Et toi ? Tu n’as rien de bizarre.

– J’ai le sang bleu princesse !

– Le sang bleu, ce n’est pas une erreur ça.

– Moi si, car je l’ai vraiment bleu.

Il remonte sa manche, découvrant un long bandage qui fait tout son avant-bras.

– Qu’est ce que c’est ? Qu’est ce que tu t’es fait ?

– On a peu de moyens dans la troupe tu sais.

Alors qu’il débande son bras, les yeux de Fragile s’arrondissent encore une fois. Il était lacéré de manière méthodique. Toutes les entailles étaient parallèles entre elle mais plus étrange encore : les cicatrices n’étaient pas rouges, elles étaient bleus foncé.

– J’ai de l’encre dans les veines.

– Et … non, tu l’utilises pour écrire ? C’est pour ça que tu es mutilé ? C’est toi qui te fais ça ? déblatère Fragile à une vitesse inconsidérée. L’autre rit.

– C’est une fille qui a demandé à son chat de lui couper les jambes qui veut parler ? En tout cas, calme toi, c’est médical, explique t’il en bandant à nouveau son bras, mon corps ne supporte pas l’encre, je suis obligé de faire des saignées régulière, et comme on a ni seringues ni sangsue, on fait ça un peu à l’arrache. J’écris avec l’encre, mais pas la mienne, ce n’est pas pour rien que je m’appelle Roman.

Il sourit. Fragile demande :

– Tu es fière de ton jeu de mot hein ?

– Totalement !

Comments
One Response to “La femme aux jambes rubans VIII”
  1. cyrius300 dit :

    J’espère peut-être lire un jour, ce conte dans sa totalité lorsqu’il sera publié… Tu devrais te lancer!

    Joyeuses fêtes de Noël… Alice-Virginie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :